Localisation

1.  Le mont Saint-Michel : aspect hostorique et physique 

 

                                                                                     

Sur la première photographie satellite, 1 cm correspond à 350 km.

Sur la seconde photographie satellite, 1 cm correspond à 25 km.

Sur le troisième photographie satellite, 1 cm correspond à 250 m. 

  • L'aspect historique 

 C'est à la demande de l'Archange Michel, "chef des milices célestes", qu'Aubert, évêque d'Avranches, situé à l'est du Mont Saint Michel actuel, construisit une première église le 16 octobre 709. En 966, à la demande du Duc de Normandie, une communauté de bénédictins s'établit sur le rocher. L'église romane y fut alors élevée avant l'an mille.

 Au XIème siècle, l'église abbatiale romane fut fondée sur un ensemble de cryptes, au niveau de la pointe du rocher et les premiers bâtiments pour le clergé furent accolés à son mur nord.

Au XIIème siècle, les bâtiments de la communauté romans furent agrandis à l'ouest et au sud.

Au XIIIème siècle, une donation du roi de France Philippe Auguste à la suite de la conquête de la Normandie, permit d'entreprendre l'ensemble gothique de la Merveille : deux bâtiments de trois étages couronnés par le cloître et le réfectoire.

 Au XIVème et XVème siècle, la guerre de cent ans rendit nécessaire la protection de l'abbaye par un ensemble de constructions militaires qui lui permit de résister à un siège de plus de trente ans.
Le ch
oeur roman de l'église abbatiale, effondré en 1421 fut remplacé par le choeur gothique flamboyant à la fin du Moyen-âge.

Le Mont Saint Michel devint avec Rome et Saint-Jacques de Compostelle l'un des plus importants pèlerinages de l'Occident médiéval. Pendant près de mille ans des hommes, des femmes, des enfants sont venus, par des routes appelées "chemin de Paradis", chercher un réconfort spirituel et intellectuel auprès de l'archange Michel.
Puis devenu une prison sous la Révolution et l'Empire, le monument nécessita de nombreuses restaurations à partir du XIXème siècle.

Inscrit au "Patrimoine Mondial" par l'Unesco en 1979, ce haut lieu touristique reçoit aujourd'hui plus de trois millions de visiteurs par an.

Le mont Saint Michel est aussi connu pour sa baie envahie par les plus grandes marées d'Europe et pour ses sables mouvants.

 Cette baie de 40 000 hectares est traversée par trois rivières – le Couesnon, la Sée et la Sélune – et balayée deux fois par jour par les marées.

  • L'aspect scientifique

Nous allons plus particulièrement nous intéresser aux sables mouvants.

Pour le cas du mont Saint Michel, le sol est de type argileux ou vaseux, appelé thixotropique, c'est à dire que l'orsqu'on remue le sol, il devient mou (comme lorsque quelqu'un marche sur du sable), et lorsqu'il est au repos, il est solide.

De nombreuses personnes ont testé les sables mouvants de la baie et ils ont remarqué qu'il faut d'abord percer la couche plus dure puisqu'il faut une bonne agitation pour pouvoir s'enfoncer. Le sable a une densité de 2 donc tout corps de densité inférieure à deux sera repoussée par la poussée d'Archimède. C'est pour cela qu'il doit y avoir une agitation pour pouvoir s'enfoncer malgré la poussée d'Archimède. Du fait donc de la densité, un objet ne pourra s'enliser que partiellement et l'agitation ne peut continuer car bouger les grains de sables reviendrait à soulever une masse immense (jusqu'a 103 kg). On ne peut donc pas mourir enseveli dans les sables mouvants mais si on reste coincé, avec la marrée montante (réputée allant "à la vitesse d'un cheval au galop"), nous pouvons mourir noyer, ce qui arrive malheureusement tous les ans.

2. Iran : les sables mouvants mystérieux

  

  

                                                                    

 Sur la première photographie satellite, 1 cm correspond à 500 km.

Situé entre Qom et Téhéran en Iran, ce désert de sable est plus dangereux qu'on ne le pense. Ces sables mouvants sont entourés de panneaux prévenant de la dangerosité du lieu (panneau comparable à celui qui se trouve dans la rubrique Thixotropie). Les bergers vivant à proximité du lieu disent que les sables ont déjà englouti de nombreux chameaux imprudents, cette affirmation est contredite par Daniel Bonn qui a étudié ces sables mouvants en 2005 (il dit que le chameau ne pouvait s'enfoncer complètement à cause de sa densité).Les sables sont plus néfastes après la mousson car la dangerosité dépend de la quantité d'eau. Ce lac d'une superficie de 20x40  Km est composé de sable plus fin que la moyenne (20 à 40 µm), d'argile 10% et de sel avec une concentration légèrement inférieur à celle de la Mer Morte. Ces sables mouvants ont une densité de 2g/cm3 bien supérieure à celle de l'homme ce qui l'empêche de s'enfoncer complètement, mais qui peut le rendre prisonnier.

 

 

 vue du lac

 

Sur la seconde photographie satellite, 1 cm correspond à 100 km.

Sur le troisième photographie satellite, 1 cm correspond à 250 m. 

 

 Sur la première photographie satellite, 1 cm correspond à 100 km.

 Sur la première photographie satellite, 1 cm correspond à 5 km.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site